Réécouter l'opus café du 22 mai

Pour cette émission,Michelle Beck et Olivier Erouart recevaient :

Lucienne Eschlimann, chargée de la coordination du Festival de Musique de Strasbourg
Isabelle Faust, violoniste 
Marie-Claire Jantzen, choriste
Cyril Pallaud, directeur artistique du Festival des Orgues d’Alsace
Marc-Daniel Roth, président du Festival de Musique de Strasbourg
Selvam Thorez, administrateur de l’Orchestre symphonique de Mulhouse
Laurent Weissbeck, professeur de trombone au Conservatoire de Montbéliard
 


L’Opus Café Kléber



COMMUNIQUE DE PRESSE L’OPUS CAFE KLEBER
Une émission d’Accent 4, la Musique Classique en Alsace, en partenariat avec la Librairie Kléber



L’Opus Café Kléber
Emission enregistrée à la Librairie Kléber


Jeudi 22 mai de 12h à 14h



L’Opus Café Kléber a pour vocation de tenir informés les auditeurs de l’actualité musicale classique en Alsace.


Michelle Beck et Olivier Erouart recevront :

Lucienne Eschlimann, chargée de la coordination du Festival de Musique de Strasbourg
Isabelle Faust, violoniste (sous réserve)
Marie-Claire Jantzen, choriste
Cyril Pallaud, directeur artistique du Festival des Orgues d’Alsace
Marc-Daniel Roth, président du Festival de Musique de Strasbourg
Selvam Thorez, administrateur de l’Orchestre symphonique de Mulhouse
Laurent Weissbeck, professeur de trombone au Conservatoire de Montbéliard


Sans oublier la chronique de Christiane Weissenbacher et L’Echappée littéraire de Damien Brem.

Depuis 29 ans, Radio Accent 4 s’est imposée comme le partenaire de toutes les institutions et associations musicales de la région mais aussi comme la radio des musiciens et des mélomanes d’Alsace et d’ailleurs grâce à sa diffusion sur Internet (www.accent4.com).


Prochaine émission : le jeudi 5 juin de 12h à 14h à la Librairie Kléber (Salle Blanche).



VOTRE CONTACT :
Directeur d’antenne : Olivier Erouart
Téléphone : 03 88 75 12 03      Portable : 06 60 03 95 78
Adresse : 8 place de Bordeaux 67000 Strasbourg
Email : olivier.erouart@accent4.com
Site Web : www.accent4.com

Festival de musique de Strasbourg




76ème FESTIVAL DE MUSIQUE DE STRASBOURG
8 au 15 juin 2014
MODERNITE ET TRADITION

13 concerts, 2  offices religieux en 8 jours dans 8 différents lieux

Le Festival de Strasbourg, le plus ancien de France, entre dans une période nouvelle de sa longue histoire : il valorisera la convivialité sous toutes les formes possibles
Il offre aux mélomanes des rendez-vous ayant un caractère thématique d’une musique européenne telle qu’elle était à la veille de la Première Guerre Mondiale et durant celle-ci.

Les concerts sont proposés à trois horaires différents dans la journée :
à 12h à la Cité de la musique et de la danse : des pianistes chevronnés accompagnent de jeunes étudiants issus de l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg  ou un concert de musique de chambre au Palais du Gouverneur  pour nous séduire dans des pièces de charme et de haute virtuosité.

à 16h au Collège du Stockfeld à Strasbourg et au Conseil régional d’Alsace où résonneront la guitare et l’accordéon, deux instruments populaires, respectivement joués par Thibault Cauvin, plébiscité en Chine et aux Etats-Unis et qui emmènera ses auditeurs dans un voyage passant par Istanbul, Kyoto, New-York, Rio de Janeiro, Séville et par Julien Gonzales, un artiste plusieurs fois champion du monde d’accordéon catégorie junior.

à 20h, des phalanges ou soliste de renommée internationale se partagent la scène du Palais de la musique et des congrès :
le concert d’ouverture célèbrera le 150ème anniversaire de la naissance de Richard Strauss : Une vie de héros interprété par la Dresdner Philharmonie sous la direction de Rafael Frühbeck de Burgos ;

Krystian Zimerman : une soirée des plus attendues avec les trois dernières sonates pour piano de Beethoven ;

En clôture du festival, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg et le Chœur d’hommes du Pharmonique de Strasbourg et de l’Armée française sous la direction de Marko Letonja donneront la Faust-Symphonie de Franz Liszt.

La musique baroque est à l’honneur à la Cathédrale de Strasbourg : l’English Baroque Soloists et le Monteverdi Choir sous la direction de Sir John Eliot Gardiner  interprèteront des œuvres de Bach, Haendel et Rameau dont on fête le 250ème anniversaire de sa mort.

Cameron Carpenter se produit au Palais des fêtes sur un orgue amovible construit pour lui.

Au Palais des fêtes : l’Ensemble Luce del Canto sous la direction de Simon-Pierre Bestion dans un programme intitulé «  Impressions françaises, hommage à la création d’avant-guerre »,  des pièces sacrées et profanes de compositeurs français, a capella ou accompagnées d’un quatuor à cordes.

Un concert jazz au Palais des fêtes : Bill Carrothers et son ensemble dans l’impressionnant Armistice 1918.

Que ce programme puisse vous passionner et vous faire découvrir des trésors de civilisation humaniste !

Location :
° Boutique culture 10 place de la Cathédrale – Tel 03 88 23 84 65  (ma au sa de 12h à 19h)
° au bureau du festival Tel au 03 88 44 45 46 (9h à 12h30 et de 14h à 17h30)
ou par correspondance :  SAMS - 184 route du Polygone  -  67100 Strasbourg
° par internet : www.festival-musique-strasbourg.com  - paiement sécurisé
° Accent 4 8 place de Bordeaux 67000 Strasbourg  Tel 03 88 75 12 03  (Lu au ven de 9h à 17h)




Ecoutez l’émission de présentation d’Accent 4.




l'échappée Littéraire : Désormais Venise de Dominique Muller-Wakhevitch


http://www.librairie-kleber.com/#!/id/produit-recherche-sku--9782020685832




Dans sa dernière chronique, Damien Brem vous propose un livre qui évoque tout à la fois le deuil et la passion amoureuse: Désormais Venise de Dominique Muller-Wakhevitch .


Réécouter l'opus café du mercredi 7 mai

Les invités de cette émission étaient les suivants :

Martin Gester
Aurélie Becuwe
Antoni Wit
les Percussions de Strasbourg
Catherine Bolzinger
Renée Kuhn




Chronique de concert:


Ré mineur, en Ré

Ni majeure, ni mineure, Ré compte parmi les places de la musique en France. Le festival « Musique en Ré » réunit chaque année en juillet les Rhétais natifs et d’adoption, ainsi que les mélomanes de passage. Cette année, pour la 27ème édition de « Musique en Ré », l’association éponyme  mettra une pléiade de noms connus ou en devenir à l’affiche de ses 14 concerts dont 5 gratuits en plein air. Des concerts explorant diverses communes du territoire îlien (Ars-en-ré, Le Bois-Plage-en-Ré, La Flotte, Loix, Sainte-Marie, Saint-Martin-de-Ré) et proposant une programmation éclectique, que l’on peut découvrir sur le site du festival http://vps22456.ovh.net .

L’année passée, « Musique en Ré », a ajouté une corde à son arc, en amorçant un festival de musique de chambre, « 3 jours en mai », que ses organisateurs définissent comme une manifestation accessible et accueillante. La seconde édition vient de se dérouler du 1er au 3 mai, et accueillait des musiciens de grand talent. Le concert du 1er mai auquel nous avons assisté à la salle Vauban de Saint-Martin de Ré, consacré à la musique française, marquait la rencontre du  pianiste Eric Le Sage, de l’altiste Marie Chilemme, de la violoniste  Sarah Nemtanu, et du violoncelliste Christophe Morin, ces deux derniers artistes constituant non seulement la direction artistique, mais aussi une bonne partie de l’âme de ce festival. Les mélomanes alsaciens assidus du Festival international de Colmar ont eu l’occasion de les entendre ces dernières années, et Sara Nemtanu sera d’ailleurs à nouveau à l’affiche le 8 juillet prochain, avec le pianiste Romain Descharmes, dans un programme Tchaïkovski, Prokofiev et Stravinski.
En ce 1er mai, le programme consacré à la musique française débutait paradoxalement par un compositeur belge, Eugène Ysaÿe (1858-1931), et son Poème élégiaque op. 12 pour violon et piano, composé en 1895 et dédié à Gabriel Fauré. Paradoxe en apparence seulement, tant cette œuvre se rattache parfaitement au courant de la musique française incarné aussi par ce compositeur que sa carrière internationale de violoniste a quelque peu éclipsé. Assez vite, Sarah Nemtanu parvient à restituer tout le lyrisme contenu dans cette pièce, aidée par un accompagnement à la fois rigoureux et détaché d’Eric Le Sage.
Ecrite en ré mineur dans la dernière partie de sa vie, la Sonate pour violoncelle et piano de Claude Debussy (1862-1918), fortement teintée d’humour et de sarcasme, met le violoncelle sur le devant de la scène. Christophe Morin ne se fait pas prier et s’y engage avec une ferveur passionnée, développant d’exquises sonorités dans le premier mouvement. Puis, dans la sérénade, transformant la sonorité de son instrument en celle d’une mandoline, par la magie des pizzicati, il s’appuie sur le piano serein et implacable d’Eric Le Sage, avant de plonger dans la virtuosité du Finale, où il révèle à la fois sa technique et son expressivité, mettant en lumière les couleurs debussystes.
Enfin réunis pour la troisième œuvre, les quatre musiciens vont démontrer leurs talents de chambristes dans le Premier Quatuor en ut mineur op.15, pour piano, violon, alto et violoncelle de Gabriel Fauré(1862-1918), une composition en quatre mouvements remontant aux années 1876-79. Puis dans un bis, proposer au public une ouverture intéressante vers l’univers brahmsien avec l’Andante du troisième Quatuor pour piano et cordes op. 60, dont l’achèvement est quasiment contemporain de celui de Fauré.
Succès pour les musiciens, devant un public quelque peu clairsemé, mais gageons que le festival fera le plein à la belle saison. Avis aux mélomanes passant par l’île de Ré du 20 au 30 juillet !

Hubert Metzger

coup de coeur de mai : les 4 saisons de Max Richter




Ce mois-ci, notre coup de coeur s'intéresse à Max Richter et à sa recomposition des 4 saisons de Vivaldi .