Carnaval de Schumann


Rien de plus visuel que le Carnaval de Schumann, avec ses costumes, ses portraits, ses danses, ses « scènes mignonnes », et toutes les images issues de l’ « imagination » jean-paulienne… L’histoire prend des allures de polar quand on arrive au pied des mystérieux « sphinxes », et l’enquête est à mener sur le terrain d’une philologie à la fois musicale, littéraire, et personnelle. Par le biais des « compagnons de la ligue de David », le Carnaval est en réseau avec d’autres oeuvre de Schumann, ainsi qu’avec les articles que le compositeur écrivit pendant dix ans dans la Neue Zeitschrift für Musik. Mais l’aspect le plus intéressant du Carnaval reste son projet formel, une série de danses qui sont autant de « variations de caractère », et qui prouvent que la vérité n’existe que dans la confrontation de différentes interprétations d’une même réalité.

Un film à voir sur :

http://uoh.fr/sections/arts/musique/scenes-mignonnes-sur